Newsletter ABC Santé
votre adresse e-mail
Vie privée
Abonnez-vous à notre newsletter
   
Enquête
Souffrez-vous de rhumes ?
ABC SANTE - Articles
10 août 2018
Le paracétamol influe sur les hormones sexuelles
| 10/08/2018 |
Retour Envoyer lien Imprimer page
lijn
Le paracétamol influe sur les hormones sexuelles L’acétaminophène (paracétamol), l’antidouleur le plus courant et facilement disponible en vente libre, a déjà mauvaise réputation en raison des dommages qu’il peut provoquer au foie et au pancréas en cas de surdosage (la dose efficace et la dose néfaste sont assez proches l’une de l’autre). Mais le cerveau n’y échappe pas non plus.

Des chercheurs ont récemment analysé l’impact du paracétamol sur le métabolisme complet d’un grand groupe de personnes. Il en est ressorti que l’usage de paracétamol conduit à un “sulfatage” réduit des hormones sexuelles (oestrogène, testostérone, déhydroépiandrostérone - DHEA -, e.a.). Cette transformation avec du soufre est importante dans le métabolisme des hormones sexuelles.
Le paracétamol doit être ‘détoxifié’ dans le foie avec du soufre, et “vole” donc “la capacité de sulfatage” nécessaire à d’autres transformations importantes.
Les chercheurs comparent cette “perturbation hormonale” avec un vieillissement de 35 ans, ou avec les changements liés au retour d’âge.
Le paracétamol constitue également l’antidouleur le plus utilisé pendant la grossesse. Cette étude a également révélé des effets secondaires inattendus : l’exposition du foetus au paracétamol provoquerait un manque d’hormones sexuelles (actives) “sulfatées”, et même un risque accru de malformation urogénitale (anomalies des voies urinaires et des organes génitaux) chez les petits garçons.

Conseils pour prévenir les maux de tête !
Comment prévenir les problèmes articulaires ?

Lire aussi:
Six antidouleurs naturels
Qui ne détoxifie pas son corps tombe malade
Le populaire antidouleur, principale cause de dommages au foie !

Sources:
Cohen IV et al. Acetaminophen (Paracetamol) Use Modifies the Sulfation of Sex Hormones. EBioMedicine, 2018; 28:316–323.

 

lijn