Newsletter ABC Santé
votre adresse e-mail
Vie privée
Abonnez-vous à notre newsletter
   
Enquête
Avez-vous des problèmes d'attention ?
ABC SANTE - Articles
23 août 2018
Les sucres raffinés, mauvais pour le cerveau
| 23/08/2018 |
Retour Envoyer lien Imprimer page
lijn
Les sucres raffinés, mauvais pour le cerveau On connaît l’impact négatif de l’obésité, du diabète et autres dérèglements métaboliques sur les fonctions cognitives. (La cognition, ce sont les fonctions cérébrales conscientes, telles que l’apprentissage, la mémorisation, la prise de décisions, etc.)
Le facteur clé : une consommation chronique de sucre et de glucides raffinés.
C’est surtout l’exposition précoce, à partir de la période prénatale (pendant la grossesse) et pendant l’enfance et l’adolescence qui semble être très toxique pour le cerveau et les fonctions cognitives. Les mécanismes cités sont un dérèglement des facteurs métaboliques et inflammatoires. Ceci en fonction de l’âge et de facteurs génétiques et physiologiques, tels que la capacité du métabolisme du glucose, le type de sucres et le mode de consommation…

Les effets négatifs d’une consommation de longue durée de glucides raffinés se manifestent même avant qu’apparaissent les symptômes de surpoids/d’obésité, ou de maladies métaboliques et d’affections vasculaires. Les anomalies semblent n’avoir aucun lien avec le poids corporel (la minceur ne protège donc pas des effets sur le cerveau !)
Il est donc crucial de manger sainement, avec une préférence pour les glucides non-raffinés, tels que les fruits, les légumes, les noix, les germes, …

La prévention du vieillissement du cerveau
Résoudre les problèmes de concentration dus au rythme et à l'alimentation

Lire aussi :
Les noix, le superlatif de ‘sain’
Un cerveau plus jeune avec une alimentation saine
Problèmes mentaux : mieux vaut bien s’alimenter que prendre des médicaments

Sources:
Hawkins MAW, Keirns NG, Helms Z. Carbohydrates and cognitive function
Curr Opin Clin Nutrition & Metabolic Care 2018, 21 (4): 302-307

 

lijn