ABC Santé

La vitamine D protège contre et en cas d’AVC

La vitamine D protège contre et en cas d’AVC Un manque de vitamine D augmente le risque d’hémorragie cérébrale : cette carence altère les parois vasculaires et, de ce fait, entraîne plus d’athérosclérose et d’hypertension. Ces deux dernières pathologies constituent des facteurs de risque pour un AVC (et des maladies cardiaques !)
Une grande étude japonaise confirme la relation inverse entre la prise de vitamine D et la mortalité due à un AVC. Une récente étude confirme en outre que la gravité de la déficience en vitamine D est un facteur fortement déterminant dans la gravité de l’AVC et les chances de survie. Dans des études animales, il a été démontré que la vitamine D protège la barrière hémato-encéphalique, et donc, empêche un œdème (et davantage de dommages).

Le manque de vitamine D est épidémique dans nos contrées, certainement en hiver et au printemps parce que le soleil n’est alors pas suffisamment puissant pour stimuler la production de vitamine D dans la peau. La réserve accumulée en été est alors rapidement épuisée. Pour autant que l’on puisse encore refaire des réserves en été à cause de l’utilisation massive d’écran solaire ou d’écran total…
Un complément de vitamine D est donc un must absolu, certainement en dehors de la période estivale.

AVC : prévention
Comment garder vos artères forts et solides ?

Lire aussi :
Des herbes chinoises pour se remettre d’un AVC
Sondage sur la consommation alimentaire : désolant
Les plaques de cerveau éliminées par le DHA et la vitamine D