Newsletter ABC Santé
votre adresse e-mail
Vie privée
Abonnez-vous à notre newsletter
   
Enquête
Quand vous n'arrivez pas à dormir, vous prenez...
ABC SANTE - Articles
28 novembre 2019
Une bonne flore intestinale protège du cancer du col de l’utérus !
| 28/11/2019 |
Retour Envoyer lien Imprimer page
lijn
Une bonne flore intestinale protège du cancer du col de l’utérus ! Le cancer du col de l’utérus (cervix cancer ou cancer cervical) est le 4ème type de cancer le plus fréquent chez la femme. Mais c’est dans les pays en voie de développement que la plupart des femmes en meurt : 85%.
(NDLR. Tant l’hygiène et la situation alimentaire que la disponibilité des soins médicaux adéquats constituent les facteurs les plus déterminants pour survivre ou mourir. De plus, le traitement n’est médicalement pas difficile.)
Le dispositif promotionnel pour les vaccins contre le HPV (Papillomavirus humain) est gigantesque, malgré une efficacité non-prouvée et risquée.

De nouvelles recherches démontrent qu’il existe une alternative plus sûre : la prévention par le biais d’un bon microbiome vaginal. Les virus HPV n’ont que peu de chances de survie dans des tissus sains. Il ressort en effet qu’il existe un lien entre la dysbiose vaginale, dominée par des bactéries non-lactobacilles, et le cancer du col de l’utérus.
La meilleure prévention est donc un microbiome sain. On peut l’obtenir par le biais d’une microflore intestinale saine, dont la colonisation par de bonnes bactéries s’étend très rapidement à toutes les autres muqueuses, donc aussi au vagin.
Donc : une alimentation saine et un apport régulier de Lactobacilles, via la nourriture ou un complément alimentaire. Et bien sûr : une bonne hygiène (sexuelle).

Comment apparaît un cancer ?
Comment traiter la vaginose et la vaginite ?

Lire aussi :
Traiter les infections vaginales
Vivre moins longtemps à cause d’une alimentation pas assez saine
Des compléments nutritionnels protègent du cancer du col de l’utérus

Sources:
Norenhag J et al. The vaginal microbiota, human papillomavirus and cervical dysplasia: a systematic review and network meta-analysis. BJOG. 2019 Jun 25. doi: 10.1111/1471-0528.15854. [Epub ahead of print]
Wang H et al. Associations of Cervicovaginal Lactobacilli With High-Risk Human Papillomavirus Infection, Cervical Intraepithelial Neoplasia, and Cancer: A Systematic Review and Meta-Analysis. J Infect Dis. 2019 Sep 13;220(8):1243-1254.
Brusselaers N et al. Vaginal dysbiosis and the risk of human papillomavirus and cervical cancer: systematic review and meta-analysis. Am J Obstet Gynecol. 2019 Jul;221(1):9-18.
Wakabayashi R et al. The Host-Microbe Interplay in Human Papillomavirus-Induced Carcinogenesis. Microorganisms. 2019 Jul 13;7(7).
Van De Wijgert JHHM et al. Human papillomavirus infection and cervical dysplasia in HIV-positive women: potential role of the vaginal microbiota. AIDS. 2019 Sep 26. doi: 10.1097/QAD.0000000000002381. [Epub ahead of print]
Ilhan Z et al. Deciphering the complex interplay between microbiota, HPV, inflammation and cancer through cervicovaginal metabolic profiling. EBioMedicine. 2019 Jun;44:675-690.

 

lijn