Newsletter ABC Santé
votre adresse e-mail
Vie privée
Abonnez-vous à notre newsletter
   
Enquête
Maîtrisez-vous votre cholestérol ?
ABC SANTE - Articles
2 janvier 2009
Pollution et la qualité du travail
| 02/01/2009 |
Retour Envoyer lien Imprimer page
lijn
Pollution et la qualité du travail Depuis la crise du pétrole dans les années 70, les coûts de l’énergie ont grimpé en flèche. Pour faire des économies, beaucoup d'architectes chargés de la conception d'immeubles de bureaux ont opté pour l'isolation et la recirculation, entraînant ainsi une forte pollution de l'air intérieur. Ainsi, la fumée de tabac n’est pas éliminée de l'air recirculé, si bien qu'elle est simplement réinsufflée dans les bureaux (TNO 1990). Dans le courant des années 80, de nouvelles sources de pollution sont venues s'ajouter, comme les imprimantes, les PC et les photocopieuses.
Sous l’effet de ces facteurs, la pollution de l’air s’accumule pour atteindre des concentrations néfastes pour la santé. Cet air intérieur malsain contribue au fait que les personnes qui séjournent longtemps dans les immeubles incriminés commencent à ressentir des désagréments. Les plaintes les plus souvent citées sont maux de tête, yeux secs et irrités et maux de gorge, apathie, problèmes de concentration, infections des voies respiratoires et aggravation des symptômes asthmatiques et allergiques.
L’absentéisme et la réduction des prestations des suites de la mauvaise qualité de l'air coûtent annuellement près de 2,25 milliards d’euros au Benelux. Veiller à la qualité de l’air dans les bureaux et en dehors de ceux-ci est dès lors une obligation économique.

Lire aussi : Protéger les intestins contre les toxines

Sources:
Role of ventilation in airborne transmission of infectious agents in the built environment - a multidisciplinary systematic review. Indoor Air. 2007 Feb;17(1):2-18.

 

lijn