Newsletter ABC Santé
votre adresse e-mail
Vie privée
Abonnez-vous à notre newsletter
   
Enquête
Etes-vous allergique à un ou plusieurs aliments ?
ABC SANTE - Articles
24 septembre 2013
Obèse, mais quand même en bonne santé !
| 24/09/2013 |
Retour Envoyer lien
lijn
Obèse, mais quand même en bonne santé ! Nous jugeons trop vite l’obésité comme étant pathologique. Dans les faits, l’obésité ne devient morbide que dans seulement 70% des cas. La plupart des gens obèses ont effectivement un mode de vie malsain, mais il y a aussi de nombreux cas de gens obèses et malgré tout en bonne santé, ne courant pas de risque cardiovasculaire majeur. Un exemple : les sumos au Japon. Ils sont très gras, mais ils s’entraînent très dur et ont une importante masse musculaire. Les problèmes n’apparaissent que quand ces hommes arrêtent la lutte et le sport. Alors, ils commencent à avoir des problèmes de santé.

Les gens obèses doivent donc tout faire pour gagner en masse musculaire et pas tant pour perdre du poids. Ne considérons pas la masse corporelle comme un critère, car au début la perte de poids va être minime. Une personne en surcharge pondérale qui se met intensivement au sport va d’abord perdre de la masse graisseuse et augmenter sa masse musculaire. Les tissus musculaires sont plus lourds que les tissus adipeux, si bien qu’au niveau du nombre de kilos, la différence nette sera très faible.
La vitamine D et les acides gras oméga 3 constituent des compléments utiles pour favoriser la production de tissu musculaire.

Maigrir sainement, comment est-ce possible ?
Faut-il prendre le chrome en complément alimentaire?

Lire aussi :
L’effet réducteur de graisse de CLA
Plus de masse musculaire grâce aux oméga-3
Comment faire du sport pour maigrir rapidement ?
Continuer à faire du sport, aussi en cas de prise de poids

Sources:
Prado CMM, Wells JCK et al. Sarcopenic obesity: A Critical appraisal of the current evidence. Clinical Nutrition 31 (2012) 583e601
Hamer M, Stamatakis E. Metabolically healthy obesity and risk of all-cause and cardiovascular disease mortality. J Clin Endocrinol Metab. 2012 Jul;97(7):2482-8

 

lijn