Newsletter ABC Santé
votre adresse e-mail
Vie privée
Abonnez-vous à notre newsletter
   
Enquête
Mangez-vous fastfood ou des repas cuisiné ?
ABC SANTE - Articles
3 novembre 2014
Désintoxication de la pollution atmosphérique grâce au brocoli
| 03/11/2014 |
Retour Envoyer lien
lijn
Désintoxication de la pollution atmosphérique grâce au brocoli La pollution atmosphérique constitue une grave menace dans de nombreux pays industrialisés. Dans la région longeant le Yangtze, l’industrie chinoise est en pleine expansion. Des médecins chinois observent que des habitants de cette région ont un taux de HAP dans le sang cinq fois plus élevé que des habitants de la ville américaine de Minnetosa. Les médecins constatent également que des substances présentes dans le brocoli accélèrent la décomposition de ces matières. 300 Personnes ont participé à cette étude, les uns devaient boire une boisson à base d’extrait de brocoli, les autres une boisson placebo.

Le brocoli est une source de sulforaphane qui met en action un certain nombre d’enzymes de désintoxication dans l’organisme. Ces enzymes de désintoxication peuvent transformer les poisons tels que les HAP, le benzène et l’acroléine en substances qui peuvent rapidement être évacuées dans l’urine via les reins. Une de ces substances que l’on retrouve ensuite dans l’urine est le SPMA, l’acide S-phénylmercapturique. Le brocoli est responsable de la décomposition 60% plus élevée du SPMA dans l’urine. Les HAP sont des hydrocarbures aromatiques polycycliques, des substances qui apparaissent pendant la combustion.

La prévention de la pollution de l'air à l'intérieur
Comment limiter les effets de la pollution de l’air
La pollution et le cuir chevelu sensible

Lire aussi :
Les omega-3 contre la pollution
La pollution, cause du surpoids et du diabète
Le brocoli est un protecteur contre la pollution !

Sources:
Egner PA, Chen JG, Zarth AT et al. Rapid and sustainable detoxication of airborne pollutants by broccoli sprout beverage: results of a randomized clinical trial in China. Cancer Prev Res (Phila). 2014 Aug;7(8):813-23

 

lijn