Newsletter ABC Santé
votre adresse e-mail
Vie privée
Abonnez-vous à notre newsletter
   
Enquête
Voulez-vous perdre du poids?
ABC SANTE - Articles
6 mai 2008
Contrôler le stress pour rester jeune (plus longtemps)
| 06/05/2008 |
Retour Envoyer lien Imprimer page
lijn
Contrôler le stress pour rester jeune (plus longtemps) Vieillir fait partie de la vie mais le stress chronique peut accélérer ce processus tandis que le contrôle du stress peut le ralentir, croit Elissa Epel, auteure d'une revue des recherches sur l'impact du stress chronique sur les changements hormonaux. Le stress chronique accentue les changements hormonaux amenés par le vieillissement, ce qui favorise l'apparition de maladies. Les débalancements hormonaux qui en résultent pourraient, considère l'auteur, être une meilleure mesure du vieillissement que l'âge chronologique. Certaines maladies feraient leur apparition lorsque les niveaux de certaines hormones commencent à diminuer (comme l'hormone de croissance, les hormones thyroidiennes et les hormones sexuelles - testostérone et estrogène) et que d'autres deviennent trop actives (comme le cortisol). "Il est connu aussi, dit-elle, que le cortisol chroniquement élevé réduit la masse musculaire et la densité osseuse et change la distribution des graisses dans l'organisme, ce qui précède l'apparition de plusieurs maladies reliées à l'âge telles que l'ostéoporose, le syndrome métabolique, la maladie d'Alzheimer et la dépression majeure". Quelques techniques de contrôle du stress suggérées par la recherche sont : L'exercice modéré, un bon sommeil, gérer ses attentes et ses buts, l'acceptation - ne pas essayer de contrôler les choses que l'on ne peut pas, trouver du sens à sa vie et ses activités.

Lire plus:
Gestion du stress : modifiez votre façon de penser !

Sources:
Elissa S. Epel, PhD
Role of Biostress Markers in Optimal Aging
APA Convention 2006.

Peeters GM, van Schoor NM, van Rossum EF, Visser M, Lips P.
The relationship between cortisol, muscle mass and muscle strength in older persons and the role of genetic variations in the glucocorticoid receptor.
Clin Endocrinol (Oxf). 2008 Jan 31.

 

lijn