Newsletter ABC Santé
votre adresse e-mail
Vie privée
Abonnez-vous à notre newsletter
   
Enquête
Préférez-vous :...
vacances au soleil 40%
 
vacances actives 20%
 
à la maison (excursions) 20%
 
pas de vacances (d'été) 20%
 
ABC SANTE - Articles
1 septembre 2007
Portables et migraine : quels sont les risques ?
| 01/09/2007 |
Retour Envoyer lien
lijn
Portables et migraine : quels sont les risques ? Le téléphone portable est aujourd'hui ancré dans notre quotidien. Mais des craintes liées à son utilisation persistent, parmi lesquelles on trouve les maux de tête. Rassurant sur les risques pour la santé, le récent rapport des autorités incite néanmoins les migraineux à la vigilance.
Si vous passez des heures au téléphone, il est normal d'avoir mal à la tête. Le fait que votre téléphone soit un mobile ou non n'y changera rien à l'affaire. Mais certains patients migraineux se plaignent de douleurs déclenchées ou augmentées par l'usage du portable. Longtemps minimisé, ce phénomène est aujourd'hui confirmé par plusieurs études.
Plus de 800 personnes ont été interrogées sur leurs habitudes et leurs symptômes par des étudiants en médecine.

Il en ressort que :
- Les utilisateurs de téléphone portable présentent plus de maux de tête que les non-utilisateurs ;
- Les douleurs augmentent avec la durée d'exposition, touchant 65 % des utilisateurs lorsqu'ils téléphonent plus d'une heure par jour ;
- La survenue de douleurs est réduite de 20 % lorsque l'utilisateur utilise un kit mains libres ;
- Hormis les maux de tête, il n'a pas été mis en évidence d'autres symptômes liés à l'utilisation du portable.
- Purement statistiques, ces résultats plaident en faveur d'un lien entre maux de tête et utilisation du portable.

Lire plus: Life-maxx

Sources:
Abdel-Rassoul G, El-Fateh OA, Salem MA, Michael A, Farahat F, El-Batanouny M, Salem E.
Neurobehavioral effects among inhabitants around mobile phone base stations.
Neurotoxicology. 2007 Mar;28(2):434-40.

Michael Maier, Colin Blakemore, and Mika Koivisto : The health hazards of mobile phones
BMJ 2000; 320: 1288-1289

 

lijn