Newsletter ABC Santé
votre adresse e-mail
Vie privée
Abonnez-vous à notre newsletter
   
Enquête
Oubliez-vous souvent des choses ?
ABC SANTE - Articles
20 mars 2017
Les graves conséquences d'un manque de vitamine B12
| 20/03/2017 |
Retour Envoyer lien Imprimer page
lijn
Les graves conséquences d'un manque de vitamine B12 Une enseignante pensionnée de 66 ans souffrait de dépression. Elle dormait très mal, n’avait plus d’énergie, ni d’intérêt pour quoi que ce soit. Elle avait perdu plus de 10 kilos alors qu’elle passait ses journées dans son lit. Elle a finalement dû être hospitalisée et s’est vue prescrire des médicaments. Elle n’avait pas véritablement des envies de suicide, mais elle broyait du noir à longueur de journée.
Lors d’un check-up on a remarqué que cette femme présentait une carence en vitamine B12. On lui a donc immédiatement administré cette vitamine par injection, après quoi son état s’est fortement amélioré. Sa médication a été radicalement réduite.

Les manques de vitamine B12 peuvent avoir de graves conséquences telles que l’anémie, la névralgie et la dépression nerveuse. Les symptômes neurologiques possibles sont : l’analgésie, des fourmillements dans les doigts, la vue qui baisse, la sensation de perte d’équilibre, la maladresse dans les mouvements, une lenteur mentale, la confusion, l’irritabilité, un état dépressif et même des psychoses.
En gros, on peut dire qu’environ 15% des personnes de plus de 60 ans souffriraient d’un manque de vitamine B12 bien que dans la plupart des cas, cette carence n’entraînerait pas de conséquences graves. Une des causes de cette carence serait une mauvaise production de suc gastrique.

Comment réduire le risque de dépression ?
Comment réduire le risque de problèmes digestifs ?

Lire aussi :
La recette pour être créatif et heureux
Qui a besoin d’un complément de vitamine B12 ?
Ralentir le vieillissement du cerveau avec de la vitamine B12a>

Sources:
Susan Hanna. Vitamin B12 deficiency and depression in the elderly: review and case report. Prim Care Companion J Clin Psychiatry 09;11(5)

 

lijn