Newsletter ABC Santé
votre adresse e-mail
Vie privée
Abonnez-vous à notre newsletter
   
Enquête
Oubliez-vous souvent des choses ?
ABC SANTE - Articles
9 novembre 2017
Le plastique : encore plus dangereux qu’on ne pense
| 09/11/2017 |
Retour Envoyer lien Imprimer page
lijn
Le plastique : encore plus dangereux qu’on ne pense Notre société ne peut plus se passer du plastique. Les matières plastiques souples (surtout) contiennent des phtalates, des composés chimiques dont on sait depuis longtemps qu’ils sont des perturbateurs endocriniens. En attendant, les phtalates sont devenus omniprésents : dans les emballages de produits alimentaires, les jouets, les médicaments, etc.
Dans leur étude, des chercheurs australiens ont trouvé des phtalates dans l'urine sur près de 99,6% des hommes de plus de 35 ans. Et plus les concentrations étaient fortes, plus les marqueurs inflammatoires étaient élevés et plus nombreux étaient les cas (ou les risques) de maladies cardiovasculaires, de diabètes, d’hypertension et autres maladies chroniques. Un réajustement au niveau de l’obésité, du tabagisme, de la consommation d’alcool, etc. n’a rien changé aux constats.

Il était déjà ressorti d’études antérieures que le fait de manger peu de fruits et de légumes mais de consommer une grande quantité de produits alimentaires préparés et/ou emballés et de softs contenus dans des bouteilles en plastique, augmente substantiellement la concentration de phtalates dans l’urine.
Donc : si vous voulez éviter les maladies chroniques, mangez beaucoup de fruits et légumes frais et aussi peu que possible de denrées alimentaires transformées et emballées. Et faites attention aux jouets pour les enfants !

Comment manger plus sain ?
Prévention de l’hypertension

Lire aussi :
Shampoings et cancer du sein
La publicité, ce n’est pas bon pour la santé !
L’urbanisation, de pair avec un mode de vie malsain

Sources:
Bai PY et al. The association between total phthalate concentration and non-communicable diseases and chronic inflammation in South Australian urban dwelling men. Environmental Research, 2017; 158: 366

 

lijn